Thèmes

basilique franc moisin basilique

Rubriques

>> Toutes les rubriques <<
· Braouezec (42)
· Cinéma (35)
· Commerce (49)
· Culture (139)
· Délinquance (213)
· Département (47)
· Drogue (41)
· Ecologie (65)
· Economie (84)
· Education (166)
· Emploi (72)
· Etat (8)
· Hanotin (31)
· Histoire (16)
· Immigration (52)
· Impots (14)
· Justice (24)
· Laicité (4)
· Logement (80)
· Loisirs (36)
· Musique (60)
· Paillard (51)
· Parole dionysienne libre (13)
· PCH (0)
· Plaine Co (62)
· Police (52)
· Politique (258)
· Propreté (3)
· Religion (61)
· Roms (113)
· Santé (41)
· Sécurité (43)
· Sports (35)
· Technologies (27)
· Télévision (8)
· Transports (100)
· Urbanisme (63)

Rechercher
Articles les plus lus

· Economie souterraine, la récupération des métaux
· Viols et tournantes au collège Garcia Lorca
· Mort dans un Porsche Cayenne sur l'A1
· Algéco et camp de Rom
· Fête de l'Huma 2012

· Ils s'en sont pris UNE TONNE !
· Qui veut s'installer à Saint-Ouen ?
· Pleyel : Merci La Poste
· Régularisation VALLS des "Sans papier": Bobigny surchargé
· Que se passe-t-il à la mosquée de Saint-Denis ?
· Un nouveau siège à Saint-Denis: Quick
· la SNCF recrute
· Aubervilliers ... 31 coups de couteau
· Elève à Bartholdi
· Notre marché hors la loi ?

Voir plus 

Abonnement au blog
Recevez les actualités de mon blog gratuitement :


Statistiques

Date de création : 13.03.2012
Dernière mise à jour : 18.04.2013
2286articles


Derniers commentaires

sartre , voulant préfacer fanon a écrit " abattre un européen,c'es t faire d'une pierre deux coups, supprimer
Par didier+labaune, le 13.04.2014

le budget de plaine commune s'élève à 500 millions d’euros. en 2011 des écritures ont été passées dans le comp
Par Necker, le 12.04.2014

bonjour à tout ceux qui cherche un prêt avec une personne de confiance, sur et honnête; avec qui j'ai réussir
Par Nathalie, le 12.04.2014

bonjour à tout ceux qui cherche un prêt avec une personne de confiance, sur et honnête; avec qui j'ai réussir
Par Nathalie, le 12.04.2014

bonjour à tout ceux qui cherche un prêt avec une personne de confiance, sur et honnête; avec qui j'ai réussir
Par Nathalie, le 12.04.2014

Voir plus

Medecin du 93

Publié le 02/12/2012 à 22:59 par saintdenis93 Tags : franc moisin

Le pari gagné du docteur Didier Ménard

Samedi 1 Décembre 2012
 
Clotilde Cadu - Marianne Journaliste à Marianne, notamment en charge des questions de santé

Après 30 ans de bons et loyaux services au coeur du quartier du Franc-Moisin, à Saint-Denis (93), le généraliste engagé a décidé de prendre sa retraite. Pas question pour autant d'abandonner ses patients. Un documentaire diffusé sur Public Sénat revient sur le passage de témoin entre Didier Ménard et une nouvelle génération de médecins venue le remplacer.


(Le docteur Didier Ménard en consultation - DR)
(Le docteur Didier Ménard en consultation - DR)
 
C’est sans doute l’homme le plus connu de la cité du Franc-Moisin, à Saint-Denis (93). Un incontournable. Et pour cause. Cela fait 30 ans que Didier Ménard, médecin généraliste engagé, promène dans cette banlieue déshéritée de Seine-Saint-Denis son stéthoscope et son impressionnante moustache.

Chaque jour, dès 7 heures du matin et souvent jusqu’à 22 heures, le toubib soigne petits maux et grands bobos. « Didier, c’est même plus un médecin, c’est un copain », « il soigne tout le monde », « c’est quelqu’un de rare », disent les habitants du quartier, interrogés par Juliette Warlop, réalisatrice du documentaire « La Relève »*, diffusé ce soir sur Public Sénat.

Pour ce militant de l’accès aux soins pour tous, il était inconcevable de prendre sa retraite sans avoir de successeur. A l’heure où les jeunes médecins rechignent à s’installer dans les quartiers, Didier Ménard a réussi son pari, pour le moins osé : faire venir cinq généralistes trentenaires au cœur de la cité, dans un centre de santé associatif unique réunissant médecins et médiatrices de santé, la « Place Santé ». C’est ce passage de témoin que raconte Juliette Warlop dans son film.

Inauguré il y a tout juste un an, ce centre se veut un véritable lieu de santé, où l’on soigne les plaies, où l’on vient discuter, où l’on apprend à manger sainement autour d’un repas préparé par les femmes du quartier.
 
Tout le monde y trouve son compte : Didier Ménard, ravi de n’ « abandonner personne », la « relève », heureuse de se sentir utile en venant travailler là où les besoins sont les plus importants tout en ayant une vie à côté du centre, et les patients qui défient ainsi la fatalité régulièrement associée à leur quartier.

S’il raccroche la blouse, Didier Ménard n’a pas pour autant l’intention de déserter les lieux : « J’ai plein de projets pour cette cité ! », sourit-il. Impossible d’en douter.

*« La Relève », réalisé par Juliette Warlop, samedi 1er décembre à 22 heures sur Public Sénat. Le film sera suivi d’un débat sur la médecine dans les banlieues à 23 heures, en présence de Didier Ménard.

Rediffusion le dimanche 2 décembre à 18 heures, le lundi 3 décembre à 17h15, le samedi 8 décembre à 15h15 et le dimanche 9 décembre à 9 heures.

Voir un extrait du film. 

 __________________________________________________

 

"La Relève" : Médecins en Seine-Saint-Denis

Mathilde Andlauer, jeune généraliste du centre de santé associatif du Franc-Moisin - DR

Mathilde Andlauer, jeune généraliste du centre de santé associatif du Franc-Moisin - DR

 
 

Documentaire, ce soir à 22h sur LCP Public sénat.

Didier? Il soigne tout le monde.”

“C’est même plus un médecin, c’est un copain.” Le film s’ouvre sur les tours du quartier du Franc-Moisin, à Saint-Denis, avec, en fond sonore, ces éloges entrecoupés par les vives intonations des enfants de la cité. “Avec toi, on explique, on rigole, tu nous fais le foufou, témoigne Jamila. C’est une thérapie très rare. Dès que je viens ici, je suis déjà guérie.” Ce médecin qui fait des miracles, c’est Didier Ménard. Depuis trente ans qu’il soigne les habitants du Franc-Moisin, ce militant dévoué corps et âme à son métier – et à son quartier – s’est rendu indispensable.

Son départ à la retraite suscite bien des inquiétudes dans ce quartier classé zone urbaine sensible (ZUS), d’autant plus que 60% de ses confrères vont, eux aussi, bientôt atteindre l’âge de la retraite. Qui va prendre la relève ? Le bon docteur ne veut pas laisser la place vide. Lui vient alors une idée un peu folle : associer, dans un même lieu, médical, social, prévention et éducation, en adéquation avec les besoins des Dionysiens.

Le projet prend forme, soutenu par l’association locale ASCBE (Association communautaire Santé Bien- Etre). C’est ainsi que la Place Santé ouvre ses portes en novembre 2011. Une équipe pluridisciplinaire composée de cinq médecins et de cinq médiatrices propose des services qui vont de la consultation médicale à l’aide aux démarches administratives, en passant par la musicothérapie ou encore l’atelier bien-être et diététique…

Mathilde Andlauer est l’une des cinq généralistes du centre. La jeune femme confie sa satisfaction de “travailler là où il y a le besoin”. Elle reçoit en consultation une jeune femme de 19 ans, qui a été battue par son compagnon. Dans le cabinet de son collègue Maxime Catrice, 30 ans, il y a Myriam, handicapée mentale, et sa maman, qui ne sait comment exprimer sa détresse.

Ici, les médecins sont salariés, trente-cinq heures par semaine. “L’idéal, pour Mathilde, qui défend son choix : travailler moins et mieux, tout le contraire de l’ancienne médecine.”S’ils exerçaient en médecine libérale, ils travailleraient davantage, gagneraient plus. Mais “après 20 consultations, tu n’as plus les capacités d’écoute”, témoigne Maxime. Ces jeunes professionnels s’accordent sur la richesse de cette cité. Un paradoxe relevé par Didier Ménard : “Dans ce quartier si dangereux, des médecins sont présents depuis trente ans… Il y a quelque chose d’attachant. C’est vrai qu’il y a des violences, de la délinquance, que c’est un monde un peu particulier, mais ça n’empêche pas les soignants d’y soigner.”

Un monde un peu particulier, en effet, loin des séries télé et autres reportages en quête de sensationnalisme consacrés habituellement à la banlieue. Un monde, qui est le nôtre, et que la caméra de Juliette Warlop (réalisatrice, en 2009, de “Partir, revenir, ou l’ambiguïté de la vie”, sur le suicide) tente de sauver des clichés, sans commentaires ni musique. “Le drame de cette cité, c’est le fatalisme”, diagnostique le bon docteur Ménard, viscéralement convaincu qu’il n’y a pas de “fatalité, que ces femmes et ces hommes peuvent tous trouver une place plus gratifiante et moins douloureuse dans la société française d’aujourd’hui”.



Commentaires (3)

abisa le 03/12/2012
cet homme devrait etre présenté pour recevoir la légion d'honneur ! le médecin le pharmacien, de par leur devouement et leur désinteressement donnent de la vie à cette cité souvent décriée. bravo ! j'ai travaillé dans cette cité pendant 10 ans et j 'y ai rencontré des gens formidables, parmi les familles, des jeunes, des moins jeunes et cela me laisse des bons souvenirs. j'ai connu le B3, le ctre cial entre le b3 et le b7....


houari le 03/12/2012
pour une fois je suis d'accord avec abisa, il devrait recevoir la legion d'honneur. la donner a des hommes meritants, ca changera de la distribuer a ses amis comme peu ou rouillon ( a droite aussi ca se distribue gracieusement par copinage actif ( enrico macias, christian clavier and co...)


didier+labaune le 03/12/2012
Attribuer des décorations aux derniers médecins voulant bien pratiquer à Saint-Denis, c'est bien....Attribuer des blâmes à ceux qui les ont chassés, et en premier lieu à la "crasse" pseudo-communiste de Paillard Braouezec serait infiniment mieux... mais moins consensuel!!!
Et de grâce, ne confondons pas les torchons (sales) et les serviettes : autant je trouve anormal de donner des décorations aux chanteurs ou comédiens ( sinon on se retrouvera avec la légion d'honneur pour des gens comme le fils Marsaud, pur produit de l'enfumage culturel local), autant comparer un chanteur à un personnage comme Peu ou comme Rouillon qui précipitent des milliers de famille dans la misère me semble disproprtionné...Les derniers cités gâchent la vie des gens, les autres sont simplement des saltimbanques.
didier Labaune "vrai" conseiller municipal d'opposition.
Ps: svp ayons une pensée pour tous les médecins oubliés qui après plusieurs agressions, casses de voitures, intimidation de leurs enfants à l'école sont partis dont dr Riot ou disparus peu de temps après une agression dont dr Herbière ou même le départ du vétérinaire dr Vidal-Naquet... après une agression violente...Ceux -là n'auront pas de décorations!


Ecrire un commentaire


DERNIERS ARTICLES :
Il ne faut pas que cela se sache !
Pierrefitte: deux journalistes de M6 agressés en reportage M. T. avec AFPLe 17/04/2013 à 18:35 http://www.bfmtv.com/societe/seine-saint-denis-deux-journalistes-m6-agress
règlement de compte ?
un homme retrouvé tué par balle dans une voiture M.G. avec AFP | Cécile OLLIVIER Le 16/04/2013 http://www.bfmtv.com/societe/val-doise-un-homme-retrouve-tue-balle-une-voi
L'Ecran est-il une salle de cinéma ?
L'écran est une salle qui reçoit de tres importantes subventions de la ville de Saint-Denis... Lundi a été consacré aux Roms ... Qui finance la projection ? Qui a financé
Pas contents, à Rosny ...
Vu dans Le Parisien http://www.leparisien.fr/seine-saint-denis-93/seine-saint-denis-manifestation-contre-l-installation-de-familles-roms-07-04-2013-2704951.php __________
A la basilique, le génocide arménien
vu sur: http://www.armenews.com/article.php3?id_article=88565   <=''></a>       Basilique Saint-Denis Cérémonie exceptionnelle en hommage aux chrétiens d